Seminaire d'Epistemologie de la Biologie et Biologie Theorique - Giuseppe Longo 18 décembre 2009

Séminaire d'Epistémologie de la Biologie et Biologie Théorique http://www.unice.fr/sciences-vie/epistemo1.htm Mercredi 16 Décembre à 17h30 Salle de conférences du Laboratoire JA Dieudonné Bâtiment Recherche Mathématiques, Parc Valrose,Complexité phénotypique et cycles biologiquesGiuseppe Longo LIENS, CNRS – ENS and CREA, Paris http://www.di.ens.fr/users/longo Résumé:Mais pourquoi le fondamental devrait toujours être élémentaire et l'élémentaire toujours simple? L'élémentaire complexe et le fondamental qui n'est pas élémentaire paraisse au coeur du biologique. Toute théorisation de l'état vivant de la matière doit aussi faire référence à un cadre qui sache sortir de cette compositionalité du simple, prétendu fondamental, qui mènerait au complexe. Mais, plus précisément, qu’est-ce que c’est la “complexité biologique”? En reprenant une distinction de J.S. Gould, on distinguera entre complexité objective et complexité morphologique (phénotypique). On examinera alors la deuxième dans un cadre théorique, voire mathématique, qui peut aider à clarifier les enjeux conceptuels et les outils nécessaires à en préciser les contours. Le temps du vivant est une autre composante de sa singularité physique: on en donnera une “image mathématique”, qui permettra de situer les rythmes biologiques dans une variété bidimensionnelle appropriée. REFERENCES:F. Bailly et G. Longo, Mathématiques et sciences de la nature. La singularité physique du vivant . Hermann, Paris, 2006.F. Bailly et G. Longo, Biological Organization and Anti-Entropy. In J. Biological Systems, Vol. 17, No. 1, pp. 63-96, 2009. (Téléchargéable) F. Bailly, G. Longo, M. Montévil. A 2-dimensional Geometry for Biological Time, (submited for publication). (Téléchargéable)




Début de la vidéo
Cochez la case pour indiquer le début de lecture souhaité.